Chroniques littéraires

– La Passe-Miroir – Christelle Dabos

Hey, hey, hey !

Voilà, comme ça fait des mois que je n’ai pas publié ici et que je commençais sérieusement à culpabiliser, j’ai décidé de parler de ma dernière série coup de cœur extrême.

Pour vous expliquer le contexte, j’adore lire en anglais (pour la simple et bonne raison que beaucoup de livres fantasy, dystopiques ou fantastiques viennent d’ailleurs et que je me sens plus proche de ce que l’auteur a voulu transmettre en lisant l’oeuvre dans sa langue d’origine. Ce que je ne fais pas quand l’auteur est allemand ou espagnol, ne poussons pas mémé dans les orties).

Mais j’avais un gros problème. Mon style d’écriture était bourré d’anglicismes et j’avoue que je ne savais plus écrire. Du tout. Un peu embêtant, me direz-vous et vous aurez raison.

Alors au lieu de me rabattre sur les traductions, j’ai voulu essayer cette série que je voyais passer depuis de nombreuses années (une série française, hein) mais que je n’avais jamais eu le courage ( ?) de commencer.

Pour l’anecdote, c’est le tome 1 de la Passe-Miroir et surtout la façon dont il a été publié qui m’a donné l’idée d’inscrire les ailes d’émeraude à un concours.

Bref, arrêtons le blabla et c’est parti pour le vif du sujet :

– La Passe-Miroir – Christelle Dabos

Genre : Steampunk/ Dystopie/ Fantastique/ Aventure

Sortie du tome 1 en français : 6 juin 2013

Editions : Gallimard Jeunesse

La Passe-Miroir raconte l’histoire d’une jeune femme nommée Ophélie qui vit sur Terre. Sauf que notre bonne vieille planète n’est plus ronde, étant donné qu’elle a éclaté en des centaines de morceaux qui orbitent autour d’un noyau central, éclatement survenu lors d’un cataclysme dont personne ne se souvient. On appelle ces morceaux des « arches » et Ophélie vit sur celle d’Anima dont les habitants ont la particularité de donner vie aux objets qui les entoure. Ces derniers ont même tendance à prendre le caractère de leur propriétaire.

Chaque arche est gouvernée par un esprit de famille, l’ancêtre immortel des habitants, qui leur donne leur pouvoir.

Mais revenons-en à Ophélie. C’est une jeune femme effacée qui n’hausse jamais la voix et que personne ne remarque. Ça lui va bien d’ailleurs, sauf qu’un jour elle est punie par les doyennes de son arche, de vieilles biques acariâtres qui lui reprochent d’avoir éconduit trop de prétendants. Tu m’étonnes, c’étaient des cousins boutonneux (ah oui, parce que sur les arches, tout le monde est cousin. Un peu glauque certes, mais compréhensible vu que la population a été décimée).

Où en étions-nous ? Ah oui, les vieilles biques. Elles vont donc fiancer de force notre héroïne à un barbare d’une arche lointaine et glaciale, le Pôle. Et la rencontre avec son futur époux n’est pas vraiment une réussite puisque Thorn est un géant osseux qui ne sourit jamais et traite les autres avec un mépris assez impressionnant. Ophélie va être obligée de quitter son Arche et se retrouve bien vite en danger, cernée par des gens d’une hypocrisie mortelle.

Les amis, ce livre est une tuerie. J’ai tout aimé (TOUT). Les personnages, l’histoire d’amour, le monde, le suspens, le style, la trame, les rebondissements… Et j’en suis même venue à me demander sérieusement comment Christelle avait pu construire un monde aussi riche et aussi stable sur 3 tomes. Tout se tient, du début à la fin. Certains détails du tome 1 servent à expliquer des révélations du tome 3. J’ai été abasourdie par sa capacité à prévoir autant à l’avance un scénario aussi complexe.

Mais parlons des trois points principaux, ceux qui m’ont vendu du rêve :

  • Les personnages.

Ophélie est un livre à elle toute seule. De prime abord elle donne une impression de vide, d’inintérêt qui a très vite disparu quand j’ai compris à quel point elle était complexe. C’est une jeune femme effacée et discrète, certes, qui n’a jamais un mot plus haut que l’autre et qui préfère le silence aux conflits. Elle a un physique ordinaire, presque désavantageux. Mais elle a une force de caractère que je n’ai jamais (jamais) lu chez personne. Elle ne baisse pas les bras, ne verse jamais une larme malgré toutes les épreuves qu’elle rencontre, elle est indépendante, a de la volonté, du courage, de la bonté et surtout elle n’a pas besoin d’un preux chevalier pour se sortir de situations dangereuses, même si elle a souvent droit au coup de pouce d’un des personnages du livre, qui est rarement son fiancé. Et en fait, toutes ces extraordinaires qualités sont amplifiées par son apparence ordinaire.

J’ai aussi adoré le fait qu’elle n’ait pas des caractéristiques physiques hors du commun. Car Ophélie est la définition de « commun ». Et elle le sait, l’assume tellement bien qu’on l’en adore davantage. Ses seules forces, c’est son talent de liseuse (en touchant un objet, elle peut retracer la vie de ses propriétaires) et sa capacité à se déplacer d’un point à un autre grâce aux miroirs.

Pour ce qui est de Thorn, eh bien je l’aime d’amour. Voilà. Comme Ophélie, il dénote vraiment des héros qu’on a l’habitude de rencontrer. Un caractère d’ours (très) mal léché, des lèvres qui ne savent pas sourire, une conversation inexistante et un mépris pour le monde entier qui dépasse l’entendement. Le type est immense et maigre en plus, a des traits tranchants, des yeux glacials, un physique qui est finalement aux antipodes du brun-ténébreux-musclé dont on a toutes l’habitude (et toutes un peu marre). Mais cet homme glacial et hautain, qui n’a de respect que pour les chiffres (c’est le comptable du Royaume, le Nini), m’a fait complètement fondre. C’est un handicapé des sentiments qui va doucement tomber amoureux d’Ophélie et faire des sacrifices énormes pour la protéger (cette sale sale ne va pas lui rendre la pareil avant looooongtemps). Mais il ne vient pas toujours à sa rescousse, ce qui rend la situation tellement plus réaliste ! J’adore.

Tous les autres personnages sont haut en couleurs, bien travaillés, aboutis. On les aime et ensuite on les déteste. Ou alors on les déteste et après on les adore.

  • L’histoire d’amour.

J’en ai un peu parlé au-dessus, mais je n’ai pas tout dit : Ce que j’ai adoré, c’est cette love story différente, vraie et qui se fait désirer. Deux tomes pour avoir une évolution visible (du côté d’Ophélie) et trois nécessaires pour que les résultats soient palpables.

Ça pourrait en décourager pas mal, en ce qui me concerne, ça a sauvé ma lecture. Je me lasse très vite. En fait, je n’ai pas terminé une série depuis des années (je m’arrête généralement au premier tome). Mais je voulais tellement savoir comment allais évoluer leur relation que j’ai lu jusqu’au bout, en adorant tous les rebondissements. Une vraie bouffée d’oxygène littéraire.

  • Les rebondissements et le STYLE.

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai été stupéfaite par la précision du scénario, les surprises que j’ai eues au cours de ma lecture, les sentiments qui en ont découlé. En tant qu’autrice, je suis littéralement béate d’admiration devant le travail de Christelle. Et là j’attends le 4ème tome avec impatience, comprenant enfin réellement ce que peuvent ressentir mes lecteurs (pardon les mecs, pardon). Et pour tromper cette attente, j’ai recommencé à lire le 1 (c’est la première fois depuis des années que je relis une série).

Quant au style d’écriture, écoutez, il est merveilleux. Je ne saurais décrire le plaisir que j’ai lu à lire un bouquin avec un vocabulaire, des expressions aussi riches et amusants. C’est du langage soutenu, mais ça n’est pas lourd ou difficile à lire ! Incroyable.

Voilà, une chronique interminable pour dire que cette série m’a redonné goût à la lecture, confiance en l’avenir. Et ce n’est pas exagéré, j’avais vraiment peur de ne plus jamais tomber amoureuse d’un livre. Cette chronique est chaotique, mais comment peut-on être ordonné quand on exprime des sentiments aussi passionnés ?

Ma prochaine review parlera d’une autre série française (que je n’ai pas encore terminé de lire) qui est un véritable coup de cœur également et que j’adore. Ça s’appelle « Scorpi », et c’est à mourir de rire et de bonheur.

Alors ? Vous avez lu la Passe-Miroir ? Vous en avez pensé quoi ?

Alexiane

-Tu ne payes pas de mine comme ça, fille. Tu te caches derrière tes cheveux, derrière tes lunettes, derrière tes murmures. De toute la portée de ta mère, tu es celle qui n’a jamais versé une larme, jamais braillé, et pourtant je peux te jurer que tu es bien celle qui a collectionné le plus de bêtises. (…) Tu es la personnalité la plus forte de la famille, ma petite. Oublie ce que je t’ai dit la dernière fois. Je te prédis que la volonté de ton mari se brisera sur la tienne.

– Pourquoi les gens d’ici vous détestent-ils?

Il y eut un éclair de surprise dans les yeux incisifs de Thorn. Il ne s’était sans doute pas préparé à une question aussi directe. Il se tut un long moment, les sourcils froncés à s’en fendre le front, avant de desserrer les dents.

– Parce que je ne respecte que les chiffres.

5 réflexions au sujet de “– La Passe-Miroir – Christelle Dabos”

  1. Salut! J’ai le premier tome dans ma PAL depuis un moment mais pour le moment j’ai peur de l’en sortir. Peur de ne pas aimer parce que tous les avis enthousiastes m’auraient fait imaginer une montagne ou peur de trop aimer, de tout dévorer et ensuite de pleurer devant l’attente du 4ème et dernier tome. Un vrai dilemne!^^ Ton avis donne envie en tout cas 🙂

    J'aime

    1. Il ne faut jamais mettre trop d’espoirs dans un livre, je suis d’accord. Ça gâche souvent la lecture… Mais tu peux le commencer en gardant un esprit neutre et tu te feras ta propre opinion 😉 Je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui n’ont pas du tout aimé. Pour les mêmes raisons qui ont fait de ce livre mon coup de coeur 2019. Comme quoi, les goûts et les couleurs ^^

      Aimé par 1 personne

      1. Oui chacun ne vit pas ses lectures de la même manière. J’essaye justement de ne pas lire trop de chroniques à son sujet pour débuter ma lecture de ce roman sans à priori. Peut-être sera t-il au programme pour cette année 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s